Partenariat EBABX

Partenariat EBABX

Parce qu’au château d’Arsac nous aimons l’art mais aussi les jeunes artistes, nous avons noué en février 2020 un partenariat culturel avec l’Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux grâce à l’aimable collaboration de Mécénart Aquitaine. Sous la houlette de son Président Maxime Lebreton, nous organiserons l’été prochain une exposition des 3 lauréats du Pavillon 2020/2021 qui installeront leurs œuvres dans le parc et les chais du domaine.

 

Acquisition le Voleur de Bicyclette

Acquisition le Voleur de Bicyclette

Le voleur de bicyclette

Arsac, avril 2020 – Le vignoble bordelais dévoile sur ses routes du vin un patrimoine d’une grande richesse, qui a toujours su allier tradition et innovation.
Si le Château d’Arsac figure parmi les plus anciens domaines du Médoc et s’enorgueillit d’une histoire mouvementée de près de 1000 ans, il n’en accueille pas moins une collection d’art contemporain remarquable, qui reflète la passion sincère de son propriétaire, Philippe Raoux.

Domaine viticole reconnu en appellation Margaux et Haut-Médoc, le château d’Arsac est donc aussi un lieu ouvert à la création artistique. Depuis 1992, il acquiert, chaque année, une œuvre signée d’un artiste contemporain majeur, qu’il s’agisse de Bernard Pagès, Claude Viallat, Bernar Venet, Pierre Buraglio, Jean-Michel Folon, Niki de Saint Phalle ou Mark di Suvero.

Cette année, Philippe Raoux étoffe sa collection avec l’acquisition d’une nouvelle sculpture, Le Voleur de Bicyclette, de l’artiste et fondeur Romain Barelier, qui accueillera les visiteurs du Château d’Arsac et marquera le début d’un parcours plein de surprises dans Le Jardin des Sculptures. La collection de Philippe Raoux à Arsac représente la plus importante collection privée de sculptures contemporaines dans le sud-ouest de la France. Les 31 œuvres emblématiques, souvent des œuvres monumentales, sont installées dans le parc du Château, qui se visite sur rendez-vous.

Le Voleur de Bicyclette trouve son origine dans la mise au sec du Canal Saint-Martin en 2002, lorsque Romain Barelier se surprend à contempler des objets qui s’amoncèlent au fond du canal privé de son eau. Il emporte avec lui une bicyclette, peut-être dérobée à son propriétaire, et décide d’y associer un personnage fait de métal de récupération ; non pas un cycliste, mais plutôt le voleur de cette bicyclette. Né à Rome et captivé par le cinéma italien, sa création lui évoque le film de Vittorio de Sica : Le Voleur de Bicyclette. C’est tout le charme de cette histoire qui a conquis Philippe Raoux et l’a convaincu d’ajouter l’œuvre à sa collection, offrant ainsi à cette petite reine une prestigieuse fin de course.

Découvrir le Château d’Arsac, c’est s’immerger dans un monde où histoire, art et viticulture s’entremêlent. Outre les réservations prises directement à la propriété, par téléphone ou sur le site de www.chateau-arsac.com, une visite d’environ une heure est proposée en partenariat avec l’Office de Tourisme de Bordeaux (05 56 00 20 00) et comprend une découverte du Chai Bleu, du Jardin des Sculptures mais aussi une dégustation de trois vins de la propriété. Entièrement commentée en français ou en anglais, les visiteurs peuvent ainsi découvrir l’histoire du domaine, les étapes d’élaboration des précieux flacons du château ainsi que l’histoire des œuvres qui jalonnent le vignoble.

Cru Bourgeois Exceptionnel

Cru Bourgeois Exceptionnel

Ce 2 janvier était révélé le classement des Crus Bourgeois du Médoc.

Cette classification officielle – valable durant 5 ans – vient couronner la qualité de la production d’un château du Médoc. Dans chacune des huit appellations médocaines *, un seul château est en principe consacré « exceptionnel » par un jury indépendant.

« Le sacre du Château d’Arsac » intervient 34 ans après que Philippe Raoux, tout jeune négociant en vin, se lance dans une folle aventure : ressusciter un domaine à l’abandon. Arsac en 1986 – date de son acquisition – c’était un château littéralement en ruine, plus de vignoble ou quelques pieds à l’agonie et des poulaillers industriels posés sur un terrain vague. Pourtant l’histoire du domaine était belle : vaste et ancienne propriété du XIIème siècle appartenant notamment à Thomas de Montaigne, elle hébergea La Boétie et fut, durant des siècles, la majestueuse porte d’entrée du Médoc viticole. Puis vinrent les crises, les mauvaises années, les propriétaires peu concernés et enfin l’abandon progressif et la clochardisation du domaine.

Philippe Raoux entreprit avec l’enthousiasme de ses 30 ans de réveiller le château endormi sous les ronces. Avec un parti pris novateur : point d’intention muséale, mais un vent de créativité, de jeunesse, de modernité. « Inventer le château du XXIème siècle », tel était l’ambition du propriétaire.

Il est bien difficile d’imaginer, lorsqu’on voit aujourd’hui ce domaine exceptionnel, ce château mariant le bâti ancien et les matériaux modernes (tuiles en verre, acier, cortène), ce jardin des sculptures habité par des œuvres monumentales – Niki de Saint Phalle, Bernar Venet, Jean-Michel Folon, Mark di Suvero, Arne Quinze… – ces 110 hectares de vignes dont 55 ont été reclassifiés de Médoc en Margaux en 1995 (unique exemple en France de vignoble changeant d’appellation) – difficile d’imaginer donc qu’il y a trois décennies s’étendaient ici des terres désolées.

Le château d’Arsac c’est ce que l’on peut voir, cette tour centrale qui s’éclaire la nuit comme un nouveau phare du Médoc – mais aussi tout ce qui est invisible à l’œil. Le Jardin des Sculptures est ouvert au public et d’un accès libre. Des visites sont organisées tout au long de l’année. Le domaine reçoit régulièrement les élèves des écoles médocaines pour partager avec eux l’amour de la culture et de la viticulture.

Le vignoble a entrepris depuis 2013 de se libérer des traitements phytosanitaires en adoptant la charte d’une agriculture raisonnée et en garantissant via un cabinet indépendant un vin avec 0 résidu de pesticide. Dans sa volonté d’excellence environnementale, le Château d’Arsac est classé ISO14001 et HVE3 (la plus haute norme en matière environnementale). Il participe sans relâche au maintien des écosystèmes (végétalisation des fossés, fauche tardive… etc) et à l’enrichissement de la biodiversité.

Le Château d’Arsac est également engagé dans les grands combats sociétaux de notre siècle : accès de tous les métiers de la vigne aux femmes (taille, tractoriste, maître de chai), responsabilité sociétale de l’entreprise à travers une politique novatrice de gestion de la pénibilité des travaux à la vigne, accompagnement de grandes causes et participation active au financement d’association de soutien aux malades de cancer.