Cru Bourgeois Exceptionnel

Ce 2 janvier était révélé le classement des Crus Bourgeois du Médoc.

Cette classification officielle – valable durant 5 ans – vient couronner la qualité de la production d’un château du Médoc. Dans chacune des huit appellations médocaines *, un seul château est en principe consacré « exceptionnel » par un jury indépendant.

« Le sacre du Château d’Arsac » intervient 34 ans après que Philippe Raoux, tout jeune négociant en vin, se lance dans une folle aventure : ressusciter un domaine à l’abandon. Arsac en 1986 – date de son acquisition – c’était un château littéralement en ruine, plus de vignoble ou quelques pieds à l’agonie et des poulaillers industriels posés sur un terrain vague. Pourtant l’histoire du domaine était belle : vaste et ancienne propriété du XIIème siècle appartenant notamment à Thomas de Montaigne, elle hébergea La Boétie et fut, durant des siècles, la majestueuse porte d’entrée du Médoc viticole. Puis vinrent les crises, les mauvaises années, les propriétaires peu concernés et enfin l’abandon progressif et la clochardisation du domaine.

Philippe Raoux entreprit avec l’enthousiasme de ses 30 ans de réveiller le château endormi sous les ronces. Avec un parti pris novateur : point d’intention muséale, mais un vent de créativité, de jeunesse, de modernité. « Inventer le château du XXIème siècle », tel était l’ambition du propriétaire.

Il est bien difficile d’imaginer, lorsqu’on voit aujourd’hui ce domaine exceptionnel, ce château mariant le bâti ancien et les matériaux modernes (tuiles en verre, acier, cortène), ce jardin des sculptures habité par des œuvres monumentales – Niki de Saint Phalle, Bernar Venet, Jean-Michel Folon, Mark di Suvero, Arne Quinze… – ces 110 hectares de vignes dont 55 ont été reclassifiés de Médoc en Margaux en 1995 (unique exemple en France de vignoble changeant d’appellation) – difficile d’imaginer donc qu’il y a trois décennies s’étendaient ici des terres désolées.

Le château d’Arsac c’est ce que l’on peut voir, cette tour centrale qui s’éclaire la nuit comme un nouveau phare du Médoc – mais aussi tout ce qui est invisible à l’œil. Le Jardin des Sculptures est ouvert au public et d’un accès libre. Des visites sont organisées tout au long de l’année. Le domaine reçoit régulièrement les élèves des écoles médocaines pour partager avec eux l’amour de la culture et de la viticulture.

Le vignoble a entrepris depuis 2013 de se libérer des traitements phytosanitaires en adoptant la charte d’une agriculture raisonnée et en garantissant via un cabinet indépendant un vin avec 0 résidu de pesticide. Dans sa volonté d’excellence environnementale, le Château d’Arsac est classé ISO14001 et HVE3 (la plus haute norme en matière environnementale). Il participe sans relâche au maintien des écosystèmes (végétalisation des fossés, fauche tardive… etc) et à l’enrichissement de la biodiversité.

Le Château d’Arsac est également engagé dans les grands combats sociétaux de notre siècle : accès de tous les métiers de la vigne aux femmes (taille, tractoriste, maître de chai), responsabilité sociétale de l’entreprise à travers une politique novatrice de gestion de la pénibilité des travaux à la vigne, accompagnement de grandes causes et participation active au financement d’association de soutien aux malades de cancer.